Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2012 5 20 /01 /janvier /2012 12:29

CR Reconnaissance du Grand Trail du Saint-Jacques à Saugues le 27 décembre 2011

 

t-47 

Trail prévu le samedi 22 septembre 2012 du Puy-en-Velay au Domaine Le Sauvage.

 

logo-trailstjacques

 

Je voulais consacrer depuis quelques temps une partie de ma saison de course à pied pour réaliser un trail (ou des trails si l’exercice s’avère concluant). Ce sera pour moi en 2012, cette idée me trotte dans la tête depuis quelques temps. Ce projet en Haute-Loire va accélérer cette décision.

 

Je n’ai à ce jour testé une seule fois un Trail, c’était en 2010 lors du Trail de la Vallée de Joux. La distance de 20 kilomètres était en fait pour faire découvrir cette épreuve de plus en plus répendue dans le monde de la course à pied. Le simple fait d’énoncer le mot «Trail» et on pense toute suite à de longues distances. Je dois reconnaitre que cette initiative fut très positive car pas mal de populaire ont osé se tester sans pour autant puiser dans ses réserves. Bon cela n’a pas été facile non plus, le dénivelé étant quand même important.

 

L’organisation de ce trail est l’œuvre de Extra Sports qui organise déjà la SaintéLyon et Urban Trail. La date à retenir est le 22 septembre 2012. Cela se passera dans la magnifique région du Puy-en Velay. Plusieurs distances sont au programme: 66 km, 47 km, 26 km. Il y a une version solo et relais pour les distances de ce trail. Les marcheurs ne seront pas délaissés pour autant car sur la distance des 26 km il sera possible de relier Saint-Privat d'Allier au Puy-en-Velay en mode marche. Je trouve dommage que cette dernière catégorie ne soit pas chronométrée. En effet le système de chonométrage étant en place, je ne vois pas ce qui empêche de calculer le temps de course des marcheurs. Car bien que la distance ne soit que "de" 26 kilomètres, cela reste un effort conséquent pour certain.

 

Ce trail se déroulera en partie sur la La via Podiensis ou route du Puy (GR65 – Les premiers sentiers de grande randonnée (GR) ont été tracés en France, en 1947, par le Comité National des Sentiers de Grande Randonnée devenu par la suite Fédération française de la randonnée pédestre) c’est l'un des chemins contemporains du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, qui part du Puy-en-Velay et se prolonge jusqu'au col de Roncevaux et, de là, à Saint-Jacques-de-Compostelle. Ils ont été récemment classé par l'UNESCO.

 

En 951, Gotescalc, évêque du Puy en Velay, part pour la Galice sur la tombe de l'apôtre Jacques, mort en l'an 44. Gotescalc fît sa première halte au château de Saint-Privat d'Allier. Depuis des milliers de pèlerins se sont lancés sur ses traces.

 

PEV12 4p BD-1 

 

Nous profitons de la semaine de vacances sur les hauts de Valence pour décider de faire une reconnaissance des lieux avant notre inscription. Je pensais que ce trail se déroulait entre Valence et Le Puy, mais je me suis trompé et le départ à Saugues (j'ai choisi la distance de 47 kilomètres) se situe après le Puy. Ce qui fait plus de deux heures de route depuis notre lieu de vacances. Mais le déplacement en valait le coup car la région est magnifique. Certains passages pour atteindre Le Puy me font même pensé à la région du Jura. La journée sera magnifique avec un temps idéal et sans nuage.

 

DSCF6398 

Voici le lieu de départ de la course de 47 kilomètres..

 

545px-Blason ville fr Saugues (Haute-Loire) svg 

Le blasonnement de Saugues est : D'azur, à la lettre capitale S d’argent, cernée de deux rameaux montant d’une même branche de sinople, surmontée d’un soleil d’or. Origine moderne

 

Saugues:

 

Ancienne place forte du Gévaudan, elle s'est développée dès le XIIe siècle sous l'autorité des évêques de Mende et des seigneurs de Mercœur ; les modernisations successives de la ville ont effacé les traces des fortifications médiévales, seule subsiste une imposante tour du XIIIe siècle ; le centre historique fut dévasté par un incendie en 1788.

C'est dans les montagnes des alentours et près de Saugues que sévit à la veille de la Révolution, la fameuse bête du Gévaudan, de sinistre mémoire.

 

Confrérie des pénitents:

 

C'est le 14 mai 1652, sous l'initiative de cinq honorables habitants de Saugues, Antoine de Langlade seigneur de Courère, Jacques de Langlade seigneur de La Valette, tous deux chanoines de la collégiale Saint Médard, Jacques de Langlade notaire royal, Benoît Paparic bourgeois et Antoine Pichot apothicaire, fut fondée à Saugues, avec l'aimable autorisation de monseigneur de Marcillac évêque de Mende, une confrérie de Pénitents Blancs. Elle devait être affiliée à l'archiconfrérie de Notre-Dame de Gonfalon de Rome par une bulle du 15 novembre de la même année. Lors de la grande peste de 1721, qui sévit avec violence dans le Gévaudan, les pénitents avaient fait le vœu de se rendre en procession le lundi de Pentecôte au pèlerinage de Notre Dame d'Estours.

La confrérie comporte aujourd'hui une cinquantaine de pénitents, issus de toutes professions.

 

Chef-lieu du canton de Saugues (qui comporte 14 communes) dans les monts de la Margeride, aux limites entre le Cantal, la Lozère et l'Ardèche. La Seuge traverse le canton de Chanaleille à Prades où elle se jette dans l'Allier. À 45 km à l'ouest du Puy-en-Velay. Avec plus de 2'000 habitants Saugues est la plus peuplée du canton.

 

Après notre arrivée à Saugues et un repas dans un restaurant du centre du village, nous nous rendons directement sur le lieu de départ (je n'avais pas pris les documents fourni par les organisateurs et nous n’avons pas trouver le lieu exact). Cela est très étrange de se retrouver en reconnaissance d'une course à plus de 500 kilomètres de chez moi. C'est même la première fois.

 

Du coup, Nathalie fera le parcours des 26 kilomètres en marchant avec sa maman (qui a déjà fait deux fois le chemin de Compostelle avec à chaque fois 220 kilomètres par édition).

 

DSCF6383 

De l'ancien château du 14ème  siècle, seul le beffroi, la Tour des Anglais, a survécu au temps. Il abrite aujourd'hui le musée local et du Gévaudan.

 

DSCF6386 

 

Les Anglais de Saugues

Riche en vieilles maisons, Saugues, dont la spécialité était le tournage des esclops (les sabots de bois), est dominée par la Tour des Anglais, un donjon carré du XIllème siècle. La tour doit son nom à des mercenaires pillards qui s'y installèrent au siècle suivant. (Un chevalier anglais mort en 1380 repose d'ailleurs dans une tombe gothique du cimetière.) Elle abrite aujourd'hui un musée

 

DSCF6376 

La Collégiale Saint-Médard est une belle église construite entre le 13ème et le 15ème siècle dans la tradition de l'art roman qui possède un petit trésor composé d'une vierge du 12ème siècle, d'une pietà du 15ème ainsi que de trois croix de procession en argent réalisées aux 15ème et 16ème siècles.

 

Pour ma part, j’ai toujours associer les Chemins de Compostelle avec l’église et la foi. Même si cela est vrai pour pas mal de monde, le Chemin de Compostelle reste un voyage unique et personnel. C’est dans un esprit de découverte que je compte participer à cette épreuve et non pas en mode compétition. Mon objectif est de parcourir ces 47 bornes entre 6 heures 30 minutes et 8 heures. Je n’ai jamais couru une distance aussi longue. Mon plus gros défi étant pour le moment le marathon (42,195 km).

 

DSCF6369 

 

Pénitents et Pélerins...

Saugues était un point de rencontre de pèlerins, ceux du Puy, ceux qui avaient remonté la vallée de l'AIlier, et ceux qui venaient par des voies secondaires du Cantal et du Puy-de-Dôme. L'ancien hôpital Saint-Jacques, devenu hospice, existe toujours. À côté, la chapelle des Pénitents avec, sur son retable du XVIlème, les instruments de la Passion, est le siège d'une confrérie semblable à celle du Puy. Ses pénitents défilent aussi en cagoule blanche le Jeudi saint, sauf ceux qui, en rouge et pieds nus, portent croix et "colonne aux outrages". La collégiale Saint-Médard, surmontée d'un clocher octogonal sur porche, a, dans son trésor, une des plus belles vierges romanes assises qui soient, une Pietà du X Vene siècle, des croix processionnelles Renaissance en argent dues aux orfèvres du Puy. On y voit encore la châsse de saint Bénilde (1805-1862, canonisé en 1967), frère des Écoles chrétiennes et premier instituteur de la localité.

 

denivele 

Le dénivelé de la course depuis Le Sauvage jusqu’au Puy-en-Velay.

 

Le choix des diverses compétitions est atrractifs et chacun trouvera «SA» distance.

 

Le Domaine du Sauvage - Le Puy-en-Velay (66 kilomètres)

Le Grand Trail du Saint-Jacques

En mode solo ou en relais

 

Saugues - Le Puy-en-Velay (47 kilomètres)

Le Trail du Gévaudant

En mode solo ou en relais

 

Saint-Privat-d'Allier - Le Puy-en-Velay (26 kilomètres)

La Via Podiensis

En mode solo, relais et marche à pied

 

denivele-saint-jacques 

gr65 

Le balisage des sentiers de randonnée.

 

DSCF6436 

C’est tout droit sur le GR65.

 

DSCF6371 

 

Les premiers récits d'une bête ressemblant à un loup datent de 1764, la terrifiante bête du Gévaudan. Si beaucoup des attaques furent commises dans la proche Lozère, bon nombre de ses méfaits eurent pour théâtre la région de Saugues. Est-ce un grand loup solitaire ? ou plusieurs loups ? Sans doute, plutôt que l'hyène échappée de la ménagerie de Beaucaire dont on parla. Et, même pour un Loup, la nature des carnages des enfants et des femmes dévorés, la tête séparée du corps ne laisse pas d'étonner. La première victime fut une fillette d'Abats-en-Vivarais, le 3 juillet 1764. Puis les morts furent multiples à travers le Gévaudan. Nombreux étaient ceux qui n'osaient plus quitter leur maison la nuit. Et l'on en fit des estampes dans toute l'Europe. La panique inspirait des témoignages étranges, décrivant la Bête grande comme un âne, avec des écailles, les pattes plus courtes devant.

 

Il y eut des héros : Jeanne Jouve, du Mas de la Vaissière, ayant défendu son enfant contre elle, reçut 300 livres du roi, et le jeune portefaix de Villeret qui avait sauvé sa soeur reçut, lui, 400 livres. Admis aux écoles, il devint officier d'artillerie. On mobilisa contre la Bête des corps de volontaires aux ordres du capitaine Duhamel, puis de M. Antoine, lieutenant des chasses du roi. Il ramena à la cour de Louis XV un gros loup empaillé, tué le 20 septembre 1765. La cour applaudit. Il y eut encore des enfants tués. La Bête du Gévaudan se serait surtout attaquée à des femmes sans défense qui travaillaient dans les champs et aux enfants, faisant ainsi plus d'une centaine de victimes en trois ans. Même déguisés en femme pour faire croire au monstre qu'ils étaient une proie facile.

 

DSCF6458 

La Bête du Gévaudan, sculpture en bois, maintenant inifensive.

 

Avec le temps, les attaques sont moins fréquentes et les troupes sont rappelées. C'est alors que la Bête du Gévaudan recommence à tuer. On n'a jamais su qui ou ce qu'était ce monstre mais l'histoire de la Bête du Gévaudan n'est pas un simple mythe, plutôt une histoire reposant sur des faits véridiques. Aujourd'hui, un monstre immense sculpté dans le bois qui montre les dents et trône sur une hauteur en bordure de la D 589, domine la petite ville en contrebas. Vous pouvez également le rencontrer dans le Musée Fantastique de la Bête du Gévaudan. Jean Chastel, qui avait échappé de peu à la mort, pour cause de sorcellerie, tua, en juin 1766, la Bête avec des balles faites de médailles fondues. Et, cette fois, le calme revint.

 

Si l'histoire de la Bête du Gévaudan a été autant commentée depuis les événements et sa disparition, c'est principalement parce qu'elle présente plusieurs mystères.

 

Tout d'abord sur sa nature morphologique. En effet, ni l'animal tué par François Antoine ni celui tué par Jean Chastel, n'ont été conservés. Si l'on s'en tient au rapport Marin, il s'agirait d'un canidé, mais d'aspect inhabituel. Toutefois, de nombreux témoins, accoutumés à la présence de loups dans leur campagne, n’ont pas reconnu dans cet animal un loup, mais l’ont directement dénommé sous le terme bestia, «la bête» en langue d'oc.

 

Ensuite, de nombreux témoignages font penser à une relative invulnérabilité de cette Bête. Le manque d'efficacité des armes a alimenté la théorie selon laquelle elle aurait pu porter une cuirasse en peau de sanglier, comme en portaient les chiens utilisés à la guerre jusqu'au début du XIXe siècle. De nombreux témoignages relatent le fait que la Bête aurait été touchée par une ou plusieurs balles de fusil, tirées par des chasseurs de bonne réputation, et pourtant elle se serait relevée à chaque fois.

 

Les témoignages font également apparaître un don d'ubiquité à la Bête. Elle aurait, en effet, été aperçue dans un très faible intervalle de temps en des lieux distants de plusieurs kilomètres les uns des autres. Cependant, ces distances restent, dans bien des cas, envisageables pour un seul animal.

 

Deux des traits les plus marquants de cette Bête sont sa familiarité et son audace. Au moins jusqu'au départ de François Antoine, elle semble ne pas craindre l'homme. Lorsque la bête rencontre une résistance de la part de la victime ou de ses compagnons, elle s'éloigne «de 40 pas», s'assoit parfois sur le train arrière pendant quelques instants et, si elle n'est pas poursuivie, revient à la charge. Elle s'éloigne du lieu de son forfait au petit trot ou au pas. Plusieurs fois, des victimes auraient été attaquées en plein village et une majeure partie des témoignages attestent que les attaques ont eu lieu de jour.

 

Enfin la Bête est très agressive et agile. Cette agressivité est caractérisée par un acharnement qui ne semble pas toujours dicté par la faim. Elle est de plus très agile, car selon les témoignages, elle avait la capacité de sauter par-dessus des murs qu'un chien n'aurait pu franchir.

 

001 

 

Nous nous rendons au départ du trail. Comme je n’avais pris aucun document (sic!), je ne me souvenais plus de l’endroit exact. En fait nous ne sortirons pas immédiatement de Saugues, nous allons faire un petit tour de 3 kilomètres dans la périphérie du village.

 

DSCF6456 

 

Voici la liste des villages et hameaux traversés.

Saugues, Rognac, Le Vernet, Monistrol d’Allier, Pratclaux, Saint-Privat d’Allier, Le Chier, Fay, Bains, Augeac, Jalès, La Roche, Vais-près-le-Puy, Le Puy-en-Velay.

 

Comme la course est le 22 septembre, nous avons décidé de faire une reconnaissance en vrai sur nos distances respectives, c’est-à-dire 26 km pour les filles et 47 km pour moi. Je ferai mon périple en deux parties car j’aimerai profiter au maximum des paysages. Je sais très bien que lors d’une compétition on ne voit jamais ce qui se passe autour. Enfin c’est vrai sur les courses rapides sur routes.

 

DSCF6417 

 

DSCF6416 

C’est ici que commence sérieusement l’aventure.

 

DSCF6428 

 

DSCF6434 

 

20120111073303436 0005 

La première étape, qui relie Saugues à Saint-Privat d’Allier s’étend sur à une distance d’environ 23 kilomètres.

 

20120111140558446 0001 

La deuxième étape quant à elle, reliera Saint-Privat d’Allier au Puy-en Velay, pour une distance de 26 kilomètres.

 

La reconnaissance complète prévue fin juillet se fera en deux parties. La première partie reliera Saugues à Saint-Privat d’Allier et la deuxième partie Saint-Privat d’Allier au Puy-en-Velay. Le but n’est pas de foncer pour se faire mal, mais de profiter des paysages et faire quelques photos des endroits clés.

 

profil-tracé-goggle 

On repère assez vite où se situe les Gorges de l’Allier.

 

Nous avons rejoint le début du chemin qui va nous mener à Saint-Privat d’Allier, afin de nous mettre l’eau à la bouche et n’avons pas pu résister de parcourir quelques centaines de mètres. Je serai bien parti plus loin, mais nous n’avions ni le temps, ni le matériel pour le faire…

 

DSCF6490 

 

DSCF6488 

Saint-Privat d’Allier. Une nuit de sommeil au mois de juillet…juste une étape en septembre.

 

DSCF6481 

 

DSCF6475

 

DSCF6483 

La magnifique église de Saint-Privat d’Allier.

 

DSCF6477 

 

DSCF6496 

Une vue de Saint-Privat d’Allier depuis les 3 croix, en face du village.

 

Après le déplacement sur Saint-Privat d’Allier, nous avons rebroussé le chemin de Compostelle sur quelques centaines de mètres. Bon il est vrai que ce n’est pas réellement une reconnaissance de parcours. Nous n’avons visité que les points stratégiques de la course. Ce qui est certain c’est que fin juillet, ce sera la vraie reconnaissance et là on verra toute la difficulté du tracé.

 

DSCF6499 

 

 

Max

Partager cet article

Repost 0
Published by RunningMax - dans Reconnaissances
commenter cet article

commentaires

thepinkrunner 13/03/2012 08:13

Sacrée belle leçon d'histoire et quelles précisions dans ce magnifique article!

Je reviendrais vous lire BRAVO!!